Debout citoyennes

Le Wutao incarne un art du geste à la fois poétique et politique. Poétique, dans le sens étymologique du terme, c’est-à-dire créateur, inventeur. La pratique nourrit le « sensible » et ouvre le champ de nos perceptions à de nouvelles perspectives, à des paradigmes plus vastes. Politique, parce qu’il reste ancré dans le corps sociétal en se plaçant comme acteur et porteur du changement.

Bouger Wutao, ressentir Wutao, vivre Wutao, en plus de réaliser notre métamorphose intérieure, agirait-il donc sur le monde ? Oui, bien sûr. J’ai toujours pensé ma (r)évolution intérieure comme indissociable de l’action sociétale. Le Wutao m’a enseigné à éveiller et à cultiver ma sensorialité pour la faire rayonner. Plus je sensibilise mon jardin intérieur et plus je participe à ensemencer le jardin du monde. Plus je prends soin de ma terre, dans l’intime, le singulier, plus je l’enrichis, plus je participe à fertiliser notre humanité et sa biodiversité.

L’association Eklore, en invitant le Wutao à fouler la scène du Zénith pour offrir une représentation devant un public de 5 000 personnes, vient illustrer de la plus belle des manières cette dynamique pollinisatrice. Le 8 mars prochain, le Wutao s’associera ainsi à 100 femmes pour participer à l’évènement « Debout citoyennes » et ainsi « co-construire une société plus juste et plus digne ». Le rendez-vous est pris. Billetterie sur : https://bit.ly/2vwNUZ5.


Delphine Lhuillier, cadre-formatrice de la WutaoSchool et référente de la WutaoSchool Bordeaux