Le cadre, contenant de liberté infinie

Cadre et liberté, antinomiques par excellence. Vraiment ?

Souvent, les personnes qui tombent en amour du Wutao, sont touchées par le sentiment de liberté qui en émane. Et elles aspirent à...

Mais cette liberté n’est pas un abandon dans une absence à soi-même. Elle se conquiert. Car la liberté en Wutao, s ’explore, se savoure, dans une hyperprésence à son instrument qu’est notre corporalité. Instrument que j’apprivoise, entre autre, dans la conscience de l’enciellement et de l’enracinement, dans l’intégration des lignes de force, le défroissage de mes zones « muettes », en lien avec mon sensoriel, jusqu’à faire vibrer mon instrument corps-coeur-âme-esprit dans un intime qui touche à l’universel.

Le cadre est bien là, dans cette construction toujours en devenir, pour, un jour, toucher l’ivresse de la liberté, dans l’infiniment grand jusqu’à l’infiniment petit. L’impossible devient alors possible. Une liberté infinie se révèle, des espaces nouveaux se dévoilent grâce au cadre que j’ai su construire. Un cadre qui me permet de faire chanter ma corporalité. Qui la sublime. Dans un ravissement et une vastitude enracinés terre et ciel.

Je vous souhaite de re-conquérir cette liberté tout à la fois personnelle et universelle. Cette liberté dont le frémissement donne sens à notre humanité.


Marie-Aliette Delaneau
Professeure et formatrice de Wutao, responsable pédagogique des WutaoSchools